Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

picto tel02 32 40 04 41
Accessibilité

Plus d'infos
http://www.my-meteo.fr/previsions+meteo+france/louviers.html

Agenda Destination Seine-Eure

 

Retour vers

Tous les évènements

 

Agenda

module marchés

Rechercher un évènement

De
à

Exposition : Legs Hortense Vignon, donatrice du musée de Louviers

Bannette-octogonale--faience-de-Rouen---vers-1740
04/03/2017 14:00 à 29/05/2017 18:00
Musée Municipal, 19 rue Pierre Mendès France
LOUVIERS
LEGS HORTENSE VIGNON Exposition de faïences, mobilier et autres objets provenant de la collection d'Hortense Vignon, première donatrice pour le musée de Louviers en 1877. Hortense Vignon incarne d'une certaine façon ce courant important du collectionnisme qui s'est développé au XIXe siècle et l'idéal démocratique qui a germé sous la 3e République de faire partager au plus grand nombre les richesses du patrimoine culturel. Étant à l'origine de la fondation du musée, la ville de Louviers se devait de lui rendre cet hommage par l'exposition de sa collection Une donation à l'origine du musée Dès 1868 Hortense Vignon fait rédiger un testament en faveur de la ville de Louviers où il est stipulé qu'elle « donne toute sa collection en faïence, porcelaine, meubles et objets curieux et anciens ». Quelques années plus tard, par un courrier du 27 juillet 1872 elle confirme au Conseil municipal qu'elle lègue à la ville de tout ce qu'elle possède d'objets d'art pour « le commencement d'un musée ». C'est ainsi que le 14 août 1872, sur la proposition du maire de Louviers, André Prétavoine, le Conseil municipal décide la création officielle du musée, concrétisant le souhait d'Hortense Vignon. Ce legs se compose essentiellement de faïences anciennes du XVIe au XIXe siècles, auxquelles s'ajoutent plusieurs estampes, une dizaine de meubles, ou éléments de mobilier (panneaux sculptés), 13 sculptures, 6 verreries et quelques objets divers, soit un total d'environ 285 objets recensés et inventoriés. Ce legs se compose de plus de 230 céramiques, faïence et porcelaine, d'une quinzaine d'estampes, d'autant de meubles et sculptures, de quelques verreries et objets divers, soit un total d'environ 285 objets recensés et inventoriés. Faïence, porcelaine et verrerie Cet ensemble de céramiques est constitué majoritairement de pièces en provenance de Rouen (77), viennent ensuite Delft (30), Nevers (23), la Chine (20), le Japon (12), Strasbourg (10), Marseille (9) ainsi que certaines pièces de Lille, Paris, Niderviller, Saint-Clément, de Saxe, d'Italie et de Kabylie. Un certain nombre d'autres pièces reste encore à étudier pour en définir ou en confirmer l'origine. Au regard de la qualité de ces pièces, qui couvre une période allant du XVIe à la première moitié du XIXe, il est certain qu'Hortense Vignon avait une bonne connaissance et expertise de ce sujet. La majorité de ces céramiques possède les marques des techniques anciennes de la faïence peinte sur émail stannifère au grand feu ou des inscriptions qui ne laissent pas de doute sur leur provenance. Quelques pièces de verrerie des XVII et XVIIIe dont l'origine pourrait-être de Venise viennent compléter cette collection Sculpture Les quelques sculptures laissées par Hortense Vignon concernent une étude en terre cuite pour un apôtre du XVIIe, trois terres cuites de l'artiste Dieppois Pierre Adrien Graillon (1807-1872) et une de son fils César Adrien Graillon (1831-1913), deux statuettes de mandarin Chinois en matériaux composites, deux albâtres de soldats Russe, des biscuits en porcelaine d'Allemagne du XVIIIe, un petit bronze et une figurine de Napoléon 1er. Estampes Un ensemble de quatorze estampes, dont 10 gravures parmi lesquelles une eau-forte du XVIe siècle de Hans Bol et cinq lithographies représentant des malles-poste, sujet qui semble intéresser particulièrement Hortense Vignon. Mobilier Une dizaine d'éléments de mobilier fait partie de ce legs, dont deux coffres des XVIe et XVIIe siècles, une crédence du XVIe siècle, des commodes et armoires des XVIIIe et XIXe siècle. A noter une armoire comprenant un panneau sculpté d'une facture naïve assez unique en son genre. Il représente un berger muni de sa houlette gardant un troupeau de chèvres, derrière lui, sur la gauche, un moulin à vent au pied duquel se trouve un âne chargé d'un sac et, sur la droite, une sorte de gloriette dont l'architecture renvoie à un temple antique, qui évoque un temple de la Raison ou de la Nature. Dans la partie haute de ce panneau un personnage, une femme semble-t-il, coiffé d'un chapeau d'époque révolutionnaire, fait de la balançoire dans un décor champêtre. Le panneau de l'autre porte comporte lui un décor inspiré du néo-classicisme propre à la fin du XVIIIe avec un vase et des arabesques. Ces deux panneaux asymétriques non conventionnels pour une armoire normande lui donnent un certain cachet. Visites commentées gratuites le premier dimanche du mois (sauf en août). Légende de la photo : Bannette octogonale, Faïence, décor oriental, faïence de Rouen, vers 1740 - photo musée de Louviers - cliché M.Natier

Coordonnées :

Téléphone filaire : 02 32 09 58 55

Tarifs :

Gratuit

Réservations :


abbayefete
fetevoieverteLVnormandiephotocom
foireatoutacquignynormandiephotocom
marchLOUnormandiephotocom